Caroline

Bonjour à tous et à toutes, je vous partage le vécu d'une amie à la campagne en Champagne, il y a environ 3 ans de celà, Merci à elle de nous faire partager son expérience. Bonne lecture à vous, Katy


Mon conjoint est natif de Champagne. Son beau père et sa mère y résident et ont une maison dans un village.

Avec mon conjoint ils m'ont raconté qu'ils n'étaient pas seul dans cette belle et ancienne habitation. Il y a eu plusieurs autres résidents avant eux.

 



Lors de mon premier voyage ils ont expliqué certains faits qu'ils ont constaté. 
Sentiments d'être épiés d'abord puis bruits légers, plus forts, déplacements dans les étages quand ils étaient au rez de chaussée, placards ouverts quand ils rentraient dans une pièce et chuchotements.
Je n’étais pas à l'aise bien entendu après cette révélation même si j'étais heureuse d'être là avec eux. Il y a une petite maison accolée celle-ci est en travaux depuis un bon moment, ils souhaitent la louer quand ils l'auront finie mais pour le moment , ça n'avance pas trop... le beau père prend de l'âge et est un peu fatigué. Il a pourtant nettoyé et mis du placo sur les murs. 
J'adore le bricolage et il m'a proposé, voyant que je m'intéressais à cette dépendance, de poncer les surplus de plâtre sur les panneaux de placo. J'étais ravie ! j'ai enfilé une combinaison et j'ai commencé. Le rabot à plâtre était un peu trop lent et je voulais faire avancer le travail. Mon beau père m'a prêté une ponceuse électrique. J'ai passé plus d'une heure avec l'appareil, ponçant joyeusement les murs. A un moment j'ai arrêté pour boire, vu la poussière. 

J'ai soudain entendu un bruit très fort à l'étage. la maison n'est pas grande, un séjour d'environs 40 m² et l'étage de la même taille. J'ai identifié ce bruit comme correspondant à la chute d'un gros chien ou d'un gros objet bien lourd. 
Je me suis dit "c'est des rats ? non c'est tellement plus gros ! c'est pas une chouette, c'est tellement plus gros!" 

Effrayée je retourne dans la maison principale et je raconte à mon beau père en demandant d'abord : "il y a des rats à l'étage?". Il me regarde sans rien dire, impassible. il me répond : "il n'y a pas de rats". Mon conjoint me fait des signes, indiquant ma fille pour ne pas lui faire peur. Je suis retournée travailler, très mal à l'aise. 

En rentrant j'ai dit à la cantonade : "Bonjour! je ne suis pas là pour vous faire du mal mais s'il vous plait ne me faites pas peur, je crois en vous, ne nous faites rien à ma fille et à moi même!" Silence.!!! J'ai continué en frissonnant jusqu'au repas et je n'ai pas retenté de poncer la pièce, de toute façon nous étions bien occupés les jours qui ont suivi. 

J'ai reparlé de ce que j'avais vécu une fois ma fille hors de vue. Ils m'ont répondu : "On t'en avait parlé, n'est ce pas ? c'est Caroline, il n'y a rien à craindre". 

Depuis j'ai une crainte d'y aller et j'y ai très mal dormi, même si rien d'autre n'est arrivé, l'inquiétude, sans doute. 

Merci de m'avoir lue.


2 commentaires

#1 mercredi 08 novembre 2017 @ 16:50 Mimi a dit :

Merci a toi et ton amie du partage de se magnifique récit Bisous ma katy

Répondre

#2 mercredi 08 novembre 2017 @ 17:53 Passonnée de l'Ombre a dit :

Merci mimi pour ton message, je le montrerais a mon amie, à bientôt

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot zfzhm ? :